Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 15:00
Bon, vu que les histoires de land-use n'ont pas l'air de passionner les foules :-) , revenons sur Courtillot ... qui passait par exemple l'autre jour un long moment avec R.Enthoven sur France Culture dans un cycle d'émissions consacrées au 'scepticisme' - il semblerait surtout que le 'scepticisme climatique' se caractérise, en général, par sa certitude que le réchauffement climatique n'est pas un problème, mais bon... - mais surtout, Courtillot qui était semaine dernière l'invité du séminaire du Département de Physique de Polytechnique à Palaiseau, pour délivrer son désormais bien-connu point de vue critique sur le climat. Davantage inhabituelle, en revanche, l'assistance, qui comptait dans ses rangs Hervé Le Treut, Jean Jouzel, et qq personnes du LMD (Laboratoire de Météorologie Dynamique, qui se partage entre l'ENS, Jussieu et l'X).
La vidéo est disponible ici (format Real Player).
La partie intéressante se situe plutôt à la fin, au niveau des questions: si Jouzel et Le Treut font des réponses polies (Jouzel indiquant qu'une réponse aux 'arguments' de Courtillot sera - sous quelle forme ?- publiée), Bernard Legras, du LMD, n'y est pas allé avec le dos de la main morte pour dénoncer les erreurs dans le discours de Courtillot...

MAJ 20/02: j'en profite pour rajouter cette petite vidéo.... "Global warming deniers at work"  :-)

  

Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

sebl 08/06/2010 13:42


Pour info,
un papier qui demonte le dernier papier de Le Mouel 2010 (relation soleil climat) vient de sortir

Legras, B., Mestre, O., Bard, E., and Yiou, P.: On misleading solar-climate relationship, Clim. Past Discuss., 6, 767-800, doi:10.5194/cpd-6-767-2010, 2010.

http://www.clim-past-discuss.net/6/767/2010/cpd-6-767-2010.html

En gros, le papier remarque
1) l'emploi de donnees brutes de mauvaises qualite.
2) une sur estimation des intervalles de confiance.
3) un traitement ad'hoc des données pour obtenir des relations statistiques significatives.


zizou 22/02/2010 19:58


Heureusement que Le Treut et Jouzel ne sont pas des Kempf
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/02/22/l-heure-du-choix-par-herve-kempf_1308992_3232.html
Ils doivent penser à leur avenir


Feub 21/02/2010 15:40


Bonjour, c'est mon premier msg sur sur ce blog :-)
Comme quoi, on peut ne pas être passionné par un sujet et poster, et inversement. Quoique le land-use très théorique pour un scientifique amateur comme moi ... Mooooouais ... Et après ?

A la suite de l'intervention de Legras, une dame prend la parole et annonce une rencontre prochaine entre spécialistes du soleil et les développeurs de modèles climatique ( je crois de mémoire
...). J'ai bien trouvé la page du satelitte Solar Dynamics Observatory, mais rien sur cette réunion. Y-a moyen d'avoir de l'info dessus ?

Quand à Courtillot, qui tente de récuser ce que nous savons, et qui n'est pas rien, au nom de ce que nous ignorons, pffff ...


A propos du dernier intervenant étranger, c'est dommage, c'était un peu confus. J'aurai bien aimé que des Français lui viennent en aide.

Est-il rationnel de fonder l’action publique sur des connaissances limitées, partielles et révisables ? ( et prendre par exemple le système Ptolémée plutôt que le Sida )


'La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne
fonctionne... et personne ne sait pourquoi ...'


Le Fils Caché d'Al-Gore 21/02/2010 11:50


"en prétendant que si un GIEC, comme organisation supposée fondée sur le consensus, avait existé à cette époque, ces théories n'auraient pas pu émerger..."

---> Il a raison ! Il n'y a qu'à voir comment se comporte le GIEC face aux expériences/théories/études dissidentes. "Chevalier de la terre plate", les nombreuses déclarations de Pachauri
(président du GIEC), certains mails révélateurs du ClimateGate, chapeautés par le temple (ir)RealClimate, ça te dit surement quelques choses ? La finalité du GIEC est, dans le fond, noble mais elle
est sabordée par une philosophie politique évidente.


"Mais pourquoi personne ne lui rétorque que le GIEC ne "produit [pas] de science", il "compile la science" déjà produite !"

---> Il compile la science qui l'arrange bien et qui va dans le sens souhaité ! WWF ou Greenpeace n'ont rien de scientifique et pourtant le GIEC s'appuie sur leurs thèses dans certaines parties
de leur rapport. Et puis, la science qui laisse passer la crosse de hockey... elle est belle la science climatique.


"les "spécialistes du gaz carbonique", comme il dit, qui chercheraient des boucles d'amplification positive lorsque leurs observations ne correspondent pas à ce qu'ils veulent démontrer !"

---> Les prises de position claires du GIEC, Mann, Jones, Hansen & co... ornées par un prix nobel peuvent être difficilement balayer d'un revers de manche. Ils font tout pour démontrer par
A+B leur théorie. Ils sont subventionnés pour çà ! Si leurs conclusions infirmes ce qu'ils disent depuis 20 ans, ils se tirent une balle dans le pied. Ils seront la risée de tout le monde et seront
mis aux oubliettes. Chose qu'ils ne souhaiteraient évidement pas (on peut les comprendre). Alors OUI, Courtillot peut avoir raison sur ce point.


HollyDays 20/02/2010 23:49


Ce que je trouve hallucinant aussi, c'est la manière dont V. Courtillot dénonce le GIEC (et comment il se place en "chevalier blanc") en prenant des exemples de grandes découvertes de physiques du
20ème siècle (dérive des continents, quantique, relativité, découverte du code génétique, ...) et en prétendant que si un GIEC, comme organisation supposée fondée sur le consensus (ou sur des votes
démocratiques, selon l'humeur de V. Courtillot !), avait existé à cette époque, ces théories n'auraient pas pu émerger... C'est vrai que dans le cas de la quantique, la théorie a émergé dans le
cerveau d'un seul homme, et que absolument tous les physiciens de l'époque (sauf un) étaient newtoniens jusqu'au bout des ongles et de la braguette (ou ce qu'il y a en dessous...)

Mais pourquoi personne ne lui rétorque que le GIEC ne "produit [pas] de science", il "compile la science" déjà produite ! Et quand il passe 5 minutes à décrire comment les théories de Wegener ont
d'abord convaincu une part significative de scientifiques, au point d'être apprise aux enfants à l'école, et puis, parce qu'un grand physicien "ne croyait pas à cette théorie", son abandon et son
oubli quasi complet au sein de la communauté scientifique, c'est un incroyable contre-exemple de ce qu'il cherche à démontrer, au contraire ! Son "GIEC des continents" a effectivement existé de
manière informelle, et il a retenu la théorie de Wegener. Et c'est précisément parce qu'un type tout seul, catalogué grand physicien (c'est un peu comme ça que Courtillot le présente, il me semble)
a décrété que lui n'y croyait pas, et qu'il a réussi à en convaincre la plupart de ses collègues, que cette théorie est tombée aux oubliettes pendant plusieurs décennies ! Et qu'est-ce qui a
"sauvé" la théorie de Wegener dans les années 1960 ? Les observations du phénomène lui-même au fond des océans, selon Courtillot. Ah oui, mais là, rien à voir, c'est vrai, j'oubliais : on n'observe
pas de réchauffement du climat depuis 30 ou 40 ans... Il n'y a que des météorologues pour prétendre le contraire (et c'est bien connu, météo et climat, ce n'est pas la même chose... ;-) ).

PS : J'avoue que je n'ai pas regardé toute la conférence de V. Courtillot. Je suis passé directement à + 1 heure (je n'ai donc regardé que les 40 dernières minutes). Et c'est marrant, mais au bout
de quelques minutes seulement, (1) il a réussi à accuser d'autres chercheurs de ses propres turpitudes (les "spécialistes du gaz carbonique", comme il dit, qui chercheraient des boucles
d'amplification positive lorsque leurs observations ne correspondent pas à ce qu'ils veulent démontrer ! Quel aveu de sa part de la démarche qui l'anime !) et (2) même moi, j'ai relevé une erreur
grossière dans son explication : dans son discours, il a réussi à confondre un rapport 100 avec un rapport 1000. C'est ballot, hein...