Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 12:20

Tout le monde en a deja parle, mais je vais quand faire mon petit post dessus (avec l'oscar du titre le plus nul, vraisemblablement...), parce que l'histoire est quand meme trop bonne.

Donc, pour vous epargner un clic, resume succint : une equipe de physiciens menee par le "sceptique" Richard Muller de l'UC Berkeley (incluant aussi l'heroine des sceptiques, j'ai nomme Judith Curry) entreprend, avec un projet opportunement intitule BEST, de reevaluer le calcul de la courbe de temperature globale de la Terre a partir des mesures de station - parce que, quand meme, ces climatologues sont des grosses buses, et entre ilot de chaleur urbain, evolution des appareils de mesures, mauvaise qualite des stations etc etc, c'est sur qu'ils se sont, au mieux manges dans leurs calculs, au pire ont sciemment trafique le tout pour faire apparaitre un suppose rechauffement et engrange des credits de recherche tondus sur le dos du martyr contribuable...

Depuis le temps qu'on vous le dit, il etait donc urgent qu'en plus de la NASA, de l'UEA, de la NOAA et autres bandes d'incapables (sans compter les autres analyses) une equipe de "physiciens" (de la vraie science, ca, hein) refasse le calcul. Pour garantir le serieux de l'affaire, le financement en etait en partie assure par des amis de la planete et de la science, les freres Koch

Resultats (annonces en fanfare il y a quelques jours) : "oh ben, c'est  ballot, nous retrouvons la meme courbe de temperature ! comme quoi, ces mecs n'etait peut-etre pas si nuls".

 

http://sciences.blogs.liberation.fr/.a/6a00e5500b4a6488330154365ec9b7970c-pi

 

Bien entendu, au lieu d'accepter ce genre de "resultat", le peloton des sceptiques retropedale a toutes forces... principalement sur le mode "ah mais non bien sur nous on a toujours dit que ca se rechauffait, hein, c'est pas ca le probleme -  et on n'a jamais insinue non plus que les chercheurs trafiquait les donnees et faisaient n'importe quoi avec les stations..." (qu'est-ce qu-on rigole. Les centaines de posts d'Anthony Watts, blogger sceptique #1, sur les stations supposemment pourries du reseau meteo US, c'etait donc juste pour faire joli).  Ou en chouinant et tortillant du nez sur les resultats de Muller et al., qui pares initialement de toutes les vertus etaient censes apporter la lumiere finale sur tout ca, mais qui maintenant ne vont pas, hein, parce que patati et patata.

Bref. Le comique de l'affaire a meme inspire le Dailyshow:

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by ICE
commenter cet article

commentaires

skept 12/11/2011 17:37


Ice : « tu sous-entends », « sous-entendu en gros »

Je ne sais pas si c’est ta manière habituelle ou si j’ai droit à un régime spécial, mais c’est assez pénible que tu répondes sur des soi-disant arrière-pensées de tes interlocuteurs. Cela s’appelle
straw man, non ? (Mais bon, je dis cela et je tends la perche, j’aurai droit à ma réponse cette fois sur le registre susceptible et sarcastique).

« Mais ce n'est pas breaking news non plus, hein, ce sujet a ete traite/rabache moult fois »

Euh ouais, mais cela c’est la recherche, non ? Parce que bon, à ce compte-là, plus la peine d’écrire sur la sensibilité climatique, les oscillations, les MIP, on peut toujours dire qu’il paraît des
dizaines d’articles dessus par an et qu’on ne fait que rabacher.

« Va donc alors poser tes questions a ce sujet a qqn d'autre competent, si tu veux plus de details »

OK


skept 06/11/2011 02:24


Ice : « oh ben si, clairement » Euh, je parle pour moi et je ne suis pas Watts. Mon propos n’est pas tellement de discuter des pensées ou arrière-pensées du bonhomme (je précise les miennes pour
qu’il n’y ait pas confusion), juste de ce qu’il publie en PR. Il est possible que dans son esprit les mauvaises stations soient synonymes d’absence de RCA (ce n'est pas ce qu'il écrit dans le JGR
et c'est cela qui compte), mais pour moi, elles sont juste synonymes… de mauvaises stations. Plus des deux-tiers en catégorie 4 et 5, je ne trouve pas que ce soit « couper les cheveux en quatre »,
simplement montrer que le réseau américain est médiocre. Il n’est pas difficile pour les sceptiques de gagner des parts de l’opinion si, quand on montre une station sur un parking à coté d’une
bouche de climatiseur, les chercheurs du climat balaient cela d’un revers de la main en disant que ce sont des pétouilles sans intérêt. Je pense que tu es assez intelligent pour comprendre l’effet
pervers des réactions de ce genre.

Mais surtout, je ne trouve pas vraiment de réponses claires à mes interrogations là-dessus et comme tu es chercheur, j’espérais que tu m’en apportes. Les usages des sols ont une faible influence
sur la température globale, mais ont-ils oui ou non une faible influence sur la mesure de cette température globale en surface et sur les terres ? Si c’est oui, si l’influence des usages des sols
ne peut compter qu’en centièmes de K ou même pas du tout sur plusieurs décennies, il devrait être simple de l’expliquer à un béotien, en montrant les mécanismes qui excluent à coup sûr une
influence significative. Si les usages de sols peuvent changer des dixièmes de K ou même des K sur une zone donnée et sur 30 ou 60 ans, il devrait être aussi simple de dire comment on s’en prémunit
efficacement quand on veut fixer à partir de thermomètres de surface des tendances trentenaires qui relèvent de ce niveau de précision. Mais je n’arrive pas à trouver ce genre de réponse, on
renvoie généralement sur diverses analyses comparatives villes-campagnes qui sont peu concluantes (parce que la campagne inclut généralement des petites villes où il existe aussi bien un ICU que
dans les grandes, et parce que les usages des sols ne se réduisent pas à l’urbanisme de toute façon).

Si tu veux, la réponse standardisée que j’entends parfois – « tout cela ce sont broutilles et pinaillages, l’important c’est que le forçage CO2 est le facteur de premier ordre » – n’a plus guère
d’intérêt, car finalement la plupart des gens sont d’accord. Enfin moi, je n’ai pas d’objection de principe à ce que le forçage CO2 représente 59%, 79% ou 99% du réchauffement observé depuis 1950.
Mais justement, ce que j’attends désormais des modèles, c’est qu’ils précisent ce chiffre en montrant qu’ils maîtrisent de mieux en mieux leurs inconnues, incertitudes et divergences résiduelles.
Les usages de sols en font partie à mon sens (sans doute pas de façon aussi centrale que le pense Pielke Sr ou d’autres, mais ce n’est pas non plus une question triviale).


ICE 08/11/2011 23:01



“(ce n'est pas ce qu'il écrit dans le JGR et c'est cela qui compte)”


Ben voyons. Depechons-nous donc d'oublier le tissu d'aneries et de mauvaises foi que ce sinistre cretin et ses commentateurs publient a longueur d'annees sur son blog....


 


Tes posts sont confus. Tu parles des mesures mais apres tu “veux” que les "modeles" quantifient la part du land-use dans les evolutions regionales.... Je t'ai repondu sur l'effet climatique de
l'usage des sols. Apres, moi je ne suis pas specialiste des mesures de stations ou des corrections/traitements. Mais ce n'est pas breaking news non plus, hein, ce sujet a ete traite/rabache moult
fois – la “preuve” (non-necessaire) avec Best, a nouveau. Voir aussi tous les autres posts ou articles sur la toile. Personne ne “balaie ces petouilles d'un revers de main”, ces problemes de
stations, comme tu sous-entends – ca fait longtemps que certains travaillent dessus. Et quant watts se pointe avec ses photos de stations soit-disant “pourries”, Menne et al. prennent la peine de
montrer avec precisement ces donnees de Watts que cela n'a pas d'impact sur la tendance en temperature (sur les US). Que veux-tu d'autre ? Si tu es pret a croire que les 6000 ou je ne sais
combien stations du CRU ou de la NOAA, ou les 40000 stations de Best puisqu'on en parle, surechantillonnent dramatiquement tel ou tel unique type de changement de land-use avec un effet boeuf sur
les temp et qui ne serait pas corrige (l'UHI etant corrige), au point d'ajouter une trend significative dans la temperature globale, grand bien t'en fasse... Va donc alors poser tes questions a
ce sujet a qqn d'autre competent, si tu veux plus de details. Mais un conseil - le cote esprit chagrin epris de science, qui “attendait beaucoup”, trouve “intellectuellement insatisfaisant” ceci
ou “sans grand interet” cela, “esperait” mieux et exige des reponses parce que ca doit etre facile de lui expliquer, bref sous-entendu en gros les climatologues font mal leur boulot et ah en plus
ils n'ont pas revolutionne le systeme payant des publications, les salauds - et qui se pointe en citant du Watts, au hasard... a mon avis change de disque.




p { margin-bottom: 0.08in; }


Robert 05/11/2011 19:08


A propos de Watts, un billet sur skepticalscience est très explicatif:

http://www.skepticalscience.com/WattsandBEST.html


skept 05/11/2011 15:06


Je reviens sur un point hors BEST stricto sensu, mais qui a été une des motivations de BEST (affiche par Muller en tout cas, voir son interview dans Science il y a quelques mois) :

"Les centaines de posts d'Anthony Watts, blogger sceptique #1, sur les stations supposemment pourries du reseau meteo US, c'etait donc juste pour faire joli"

Sur ce point, ICE, la question ne se résume quand même pas aux motivations supposées perverses de Watts. Le fait est que certaines stations du réseau USGHN sont caricaturalement "pourries" (les 6%
qui sont en catégorie 5 selon le critère de qualité de la NOAA), et qu'une très large majorité ne sont pas fameuses (plus de 60% en catégorie 4, seulement 8% en catégorie 1 ou 2). Je ne pense pas
que ce point soulevé par Watts ait été contesté. Il peut être négligeable pour la tendance mesurée, pas forcément pour d'autres marqueurs du changement climatiques comme le DTR (voir à ce sujet
Fall et al 2011 dans le JGR).

Pour ma part, ce n'est pas tant la qualité des stations que l’évolution de leur environnement qui m'a longtemps intrigué. Au sens où une station mesure l’évolution de la température de surface sur
un point précis, et que la température à ce point n’est pas seulement l’effet d’équilibre radiatif rapporté au sommet de l’atmosphère, mais aussi bien de tous les changements énergétiques en
surface que l’on qualifie sous le terme générique d’usage des sols. Il suffit de jeter un coup d’œil sur Google Earth pour observer que l’environnement des stations plusieurs kilomètres alentour
est le plus souvent modifié par l’homme, qu’il s’agisse de l’agriculture, de l’urbanisation, du transport, etc. (Tes papiers sur le sujet des usages des sols, que j’ai lu tardivement après
discussion sur Vautard, sont d’ailleurs très bien et très informatifs, félicitation au passage pour cet effort pédagogique rare en France).

Le point n’est évidemment PAS de remettre en question la tendance récente significative au réchauffement depuis 1976, puisqu’elle s’observe par satellite, dans les océans et d’innombrables
marqueurs indirects (certains clairs comme les glaciers, d’autres pas clairs et divergents comme la croissance des arbres). D’ailleurs, les mesures satellite (que certains préfèrent à celles du
sol) ne montrent pas tellement de pause entre 2001 et 2011.

Mais je trouve intellectuellement insatisfaisant que l’on ne parvienne pas à quantifier assez clairement des variations tenant à la surface et celles tenant au reste, particulièrement quand on sort
des moyennes globales pour examiner les trends locaux et régionaux en température et précipitation, là où les usages des sols peuvent devenir plus significativement influents. Par exemple, s’il
s’avère que le DTR partiellement corrigé (par la qualité des stations, pas encore par leur environnement plus large) est stable et non réduit, je suppose que cela a des conséquences pour les
modèles, qui doivent reproduire cette signature spécifique sur les terres (trouver un réchauffement qui affecte autant les Tmin que les Tmax, et non un réchauffement qui ferait monter plus
rapidement les Tmin que les Tmax) et la reproduire de façon conforme aux enregistrements (si le DTR change d’un continent l’autre par exemple).

Et donc sur BEST, j’attendais beaucoup de leur nouvelle méthode sur points de mesure beaucoup plus larges pour éclaircir un peu le sujet. Ce que j’ai lu pour l’instant me surprend (tendance plus
chaude en zone très rurale) et me déçoit (pas d’effort pour aller au-delà du différentiel ville-campagne, pas de contrôle de l’environnement des stations dans ce qui est appelé « très rural », pas
de liens actifs pour le moment vers la liste des stations très rurales qui permettraient de voir leur répartition et d’observer le type de milieu concerné).


ICE 05/11/2011 16:48



"Le point n’est évidemment PAS de remettre en question la tendance récente significative au réchauffement depuis 1976"


oh ben si, clairement ... Quand tu lis Wuwt et cie, tout les posts sur "ah mais regardez ils sont cons ces mecs de la meteo ils ont mis une station a cote d'un parking" c'était pas pour dire que
peut-être le DTR ceci ou le DTR cela, c'était pour dire que les mesures du rechauffement etaient bidon, et que Phil Jones et cie trafiquaient les donnees avec les corrections et tout ca.... 
Watts il a du etre fort content de devoir se contenter du DTR dans son papier, tiens.


Pareil pour Best.


Bref a un moment faut arreter de couper les cheveux en quatre et de tout relativiser et legitimer a posteriori.



skept 04/11/2011 19:19


Ice : comme je l'écrivais chez Meteor avant qu'il ne sucre mon message (c'est fou comme vous êtes nerveux quand vous vous "poilez"), voici le compte-rendu de BEST dans Nature :
http://www.nature.com/news/2011/111020/full/news.2011.607.html

Ben, le ton n'a rien à voir avec ton brûlot. Mais je sais, tu vas me dire que Nature est une publication secondaire dans le monde de la recherche et qu'ils en parlent parce qu'ils ont l'habitude de
racler les caniveaux à la recherche des sujets les plus débiles possibles.

Enfin bref, comme tu le dis, mieux vaut lire tes papiers de fond. Sur les derniers que j'ai lus, je n'ai pas grand chose à ajouter sur le fait que les modèles GIEC semblent se tromper complètement
sur l'Afrique de l'Est (cela m'inspire une grande confiance pour les politiques d'adaptation régionale), et j'ai posé une question sur Vautard. Au plaisir de lire ta réponse.


ICE 04/11/2011 20:55



Pas la peine de te plaindre ici de te faire basher par meteor - il a surement de bonnes raisons. Sinon oui, ils sont polis a Nature. Et qu'ils parlent de ca factuellement dans la rubrique
"Actualite" ne dit rien de la valeur scientifique du truc. Ils racontaient aussi le Climategate a l'epoque.