Lundi 21 avril 2008 1 21 /04 /Avr /2008 23:00
- Par ICE

Bon, je n'étais déjà pas beaucoup au clavier ces dernières semaines, mais là les derniers jours j'avais une vraie excuse: je n'avais pas pris mon portable à l'EGU (la grande "rave party" viennoise annuelle des milliers de 'géo-scientifiques' européens...).  Je reprends donc mes notes de la conférence a posteriori...
Semaine passionnante, of course; dans ce qui m'interessait le plus directement (biogéosciences), assisté à beaucoup de choses portant par exemple, comme attendu, sur le feedback climat/carbone, sur le couplage cycles azote/carbone, les incertitudes sur le bilan de carbone de la biosphère (modèle ou mesures), sur les émissions d'isoprènes aussi, ou les modèles de feux - et bien sûr sur l'importance de l'humidité du sol pour les interactions surface/atmosphère (et donc l'importance de la mesurer efficacement, voir projet SMOS par exemple). 
Bien aimé, notamment, les allemands du MPI-Hambourg, qui sont arrivés avec des travaux intéressants sur la reconstructions du land-cover depuis l'an 800 (!), et comment les émissions de CO2 issues de cette évolution (déforestation) seraient incompatibles, apparemment, avec les observations des carottes de glace (qui indiquent une baisse du CO2 sur les 13è-18è siècles). 
Au niveau de choses plus générales, essayé de pister les talks avec des titres "sexy" (rapid change, tipping-points, etc...) mais vu peu de choses vraiment polémiques (voire, decevantes) :  lors de la seule présentation comportant les termes "climate sensivity", par exemple (Tanaka et al.), les questions sur J.Hansen et sa sensibilité à 6°C se sont vues coupées par le chairman :-| ... Cela dit, il y avait un talk piquant de Thomas Reichler (university of Utah), le premier jour, qui faisait un classement des 25 modèles de l'IPCC-2007 sur leurs performances à simuler le climat présent (obs satellite sur 79-99), sur la base d'un unique indice composite aggrégeant de nombreuses variables, par grandes régions. Si vous y croyez, le modèle du GFDL (Princeton) sortait bon premier - celui de l'IPSL faisant plutôt pâle figure (chacun dans la salle cherchait "son" modèle anxieusement sur la diapo principale :-)). On guette le papier qui doit mieux expliciter la chose, vu que la hiérachisation des modèles fait quand même un peu figure d'arlésienne... (des annonces de presse ici ou là - mais le Bams mentionné ne parle pas du classement des modèles...)
S'ensuivait notamment dans la même session un talk de C.Forest (Cambridge), suggérant que les modèles IPCC surestiment l'uptake océanique de chaleur, et par conséquent sous-estiment le réchauffement à venir (pour les esprits chagrins que l'alarmisme ennuie, il y avait bien un talk dans le conférence comportant les mots "negative feedback", à propos de la ... fonte de l'Antarctique - Swinge a eu du succès...).
Bref, en tout cas beaucoup de choses vues - et beaucoup de pas-vues évidemment, faute d'ubiquité -, pas mal de choses à fouiller.

    

 

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Texte Libre











 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés