Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 18:59
La question climatique, la question agricole, la problématique de la surexploitation des ressources (fossiles, eau, minerais, sols...) et de la dégradation de l'environnement, etc..., débouchent, bien souvent, dans les discussions (à tendance café du commerce, il est vrai, comme dans les commentaires du Monde) sur la question de la surpopulation, tendance "le vrai problème tabou, derrière tout ca, c'est la surpopulation, vous voyez mon bon monsieur bien qu'avec tous ces Indiens et ces Africains dont les populations explosent, on va jamais s'en sortir, il faut réguler les populations d'urgence" etc... Je me rappelle même avoir lu une fois une réaction du style "Hors de question de se priver pour faire de la place à ces inconscients qui prolifèrent"... Bref.
En dehors du fait que de tels propos ne semblent jamais très éloignés d'un certain racisme et de la haine des pauvres (il est d'ailleurs amusant de noter que ce genre d'argument est parfois repris par les xenophobes américains, sur le mode " nous avons la plus grosse empreinte environnementale par habitant, il ne faut donc pas que les pauvres du Sud viennent chez nous car ils deviendraient riches, avec une grosse empreinte carbone, et ce ne serait pas bon pour la planète"... ), ils appellent aux moins quelques remarques:

- le mode de vie occidental n'est déjà pas généralisable, d'un point de vue environnement/ressources, à la population actuelle (nombres d'indicateurs environnement/ressources sont d'ores et déjà dans le rouge) - donc on fait quoi, on élimine les pauvres ??

- de toutes façons, a moins d'une guerre ou d'une épidémie majeure, la trajectoire de la population mondiale vers un pic de +/- 9 M en 2050 (principalement à cause de la fameuse "transition démographique" à l'oeuvre un peu partout) semble déjà plus ou moins verrouillée, du fait de l'inertie démographique. Le gros de l'explosion démographique semble bien derrière nous;

 - enfin et surtout, c'est mal poser le problème, notamment du point de vue climatique. George Monbiot le résume très bien dans cet article "the population myth". C'est triste à dire, mais les pauvres n'émettent virtuellement pas de CO2, individuellement. Non seulement historiquement les pays pauvres à forte croissance démographique ne sont responsables de pas grand-chose, mais il n'y a en plus pas de corrélation entre croissance de la population et croissance des émissions. Ainsi, "the places where population has been growing fastest are those in which carbon dioxide has been growing most slowly, and vice versa. Between 1980 and 2005, for example, Sub-Saharan Africa produced 18.5% of the world’s population growth and just 2.4% of the growth in CO2. North America turned out 4% of the extra people, but 14% of the extra emissions. Sixty-three per cent of the world’s population growth happened in places with very low emissions". Une histoire de paille dans l'oeil du voisin, en quelque sorte.

Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

AMEN 21/06/2011 23:32


La surpopulation est une menace.Pensez donc , le Commandant COUSTEAU avait été traité de facho quand il avait anoncé justement que la terre ne pouvait supporter que 2 minlliards d'habitants.Nous
sommes 8 milliards, rapport de 1 à 4.Vous avez 3 chances sur 4 de n'être pas le bienvenu sur cette planète.Ce n'est pas fini, vous avez la même probabilité qu'on vous fasse disparaitre manu
mulitari, et ceci par 2 moyens.Le 1er la terre va extirper rapidos l'élément perturbatuer qui est l'homme; bactéries, virus et j'en passe.Le 2 ém par une 3éme guerre mondiale.......c'est dit
crûment mais bien réel.


Didier BARTHES 06/01/2010 15:52


La démographie constitue bien le coeur du problème. Car il ne s'agit pas seulement de nourrir les hommes, il faut les faire vivre durablement et en harmonie avec leur planète.
Dans un monde à 9 milliards d'hommes, quelle place laissez vous aux autres espèces ? C'est physiquement impossible.
Dernier point: non les thèse antinatalistes ne sont pas abjectes, il s'agit de préserver l'avenir. C'est un objectif louable.


Le Naufrageur 02/11/2009 19:18


Bonjour à vous,

pour revenir sur l'article, je suis d'accord avec le propos. Les arguments en faveur de la "décroissance démographique" sont souvent le cache sexe de valeurs abjectes.

Comment les pays riches pourraient honnêtement demander aux pays pauvres de moins se reproduire, alors que nous pillons et détruisons notre espace commun ? Nous devons balayer devant notre porte,
et le jour où ne représenterons plus une menace pour les autres, nous pourrons engager un dialogue de compromis. Sans quoi un tel discours ne pourra être entendu, sauf à l'imposer par la force
(diplomatique, économique, militaire...) Nous avons une dette envers les pays du Sud !

Mon blog consacré à la décroissance (non démographique)pour celles et ceux que ça intéresse : http://excroissance.wordpress.com

Cordialement


Thierry P. 30/10/2009 08:23


A signaler cet article paru dans The Econmist du 29 octobre (en anglais)
http://www.economist.com/opinion/displayStory.cfm?story_id=14744915&source=hptextfeature


Anonyme 29/10/2009 12:11


Erasmus : "J'attends juste des arguments, des vrais"

Met en pratique ce que tu écris, j'attend aussi des arguments, des vrais... Pas des affirmations.

Les miens sont dans le lien donné plus haut, que tu ne liras pas.

Quand au courage de l'anonymat, on l'est tous, anonyme. Toi aussi.