Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 18:06

Comme promis, la deuxième intervention de V. Courtillot et JM. LeMouel dans ce Document de l'Académie Francaise... La question était:

 

En France, comment verrions-nous, dans notre vie quotidienne, les effets éventuels d’un réchauffement climatique ?


« Pour ce qui est de la France, ou (parce que la réponse climatique y est voisine) de l’Europe occidentale, regardons d’abord le passé récent, jusqu’à la période actuelle. Les courbes en noir de la partie haute de la Figure 1 montrent l’évolution de la température moyenne en Amérique du Nord (à gauche) et en Europe (à droite) d’après le rapport du GIEC (fondées sur les données du Hadley Research Center). Ces courbes sont assez semblables, avec une croissance jusqu’en 1940, une décroissance de 1940 à 1970 et une forte croissance ininterrompue depuis. Les données brutes étant hélas inaccessibles, nous avons  recalculé ces courbes moyennes en partant des données de température minimale, moyenne et maximale journalières de 44 stations en Europe et 150 aux Etats-Unis.

Ces données plus complètes (Figure 1 en bas) ne donnent pas vraiment la même image que celles du GIEC. En Amérique du Nord, par exemple, le refroidissement de 1940 à 1970 a eu la même ampleur que les deux périodes de réchauffement qui le précèdent et le suivent.

Bon, même topo que dans le #1: et alors ?? les données ne sont donc pas les mêmes - d'ailleurs comment sont-elles traitées, corrigées, homogénéisées,... par Courtillot et son équipe ? - la surface non plus, le lissage non plus ... Pas étonnant que les résultats n'aient pas l'air exactement identiques ! Mais sous-entendre, comme le fait Courtillot, que ses calculs sont forcément meilleurs, et que ceux du GIEC masquent délibérément la baisse des années 50-60, est assez gonflé... 

On comprend pourquoi les articles de journaux évoquaient au début des années 1980 (de manière alarmiste, comme souvent) la crainte d’un retour vers un nouvel âge glaciaire (démenti rapidement, et dont les temps caractéristiques ne sont pas les mêmes…).

Aha... comment placer subtilement l'argument du 'global cooling des années 70's' (aah, l'article de Newsweek...). Sous-entendu, aujourd'hui comme en 70, l'alarmisme médiatique, et, par amalgame, le discours scientifique sous-jacent, sera démenti par les faits...  Les fameux 4 rapports du GIEC dans les années 70 annoncant une ère glaciaire 'very likely', n'est-ce pas.... (heureusement, Courtillot rappelle doctement, lui, que les 'temps caractéristiques' ne sont pas les mêmes'). Notons que ce mythe des climatologues prévoyant tous une ère glaciaire dans les 70's avait été 'débunké' par un papier de Stoat

Après 30 ans de réchauffement, on comprend que certains extrapolent et s’inquiètent d’une terre surchauffée…

Oh, seigneur.... la science du climat se résume à 'extrapoler' le réchauffement récent ?! 'Certains', seulement, sont inquiets, d'ailleurs... (alias 95% ou plus des scientifiques du climat ?!?) C'est quand même proprement scandaleux d'écrire ca. Soit cela montre que Courtillot ne comprend rien à la science du climat, soit il se fout ouvertement de la gueule du monde, tout simplement. 

En Europe, la courbe n’a pas du tout la même allure. La tendance qu’on décèle derrière des variations plus rapides et assez amples (avec par exemple un refroidissement considérable mais bref en 1940), c’est l’absence de toute évolution entre 1910 et 1987 (ni réchauffement, ni refroidissement), puis un saut brusque d’environ un degré Celsius vers 1987, et depuis un nouveau plateau. Cette courbe en marche d’escalier ne ressemble guère à celle du GIEC, ni à celle des Etats-Unis, ni à celle de l’évolution du CO
2.

Mais qui a dit que toutes les courbes de toutes les régions devait 'ressembler' au CO2 ?? quel 'strawman' grotesque - ou bien, encore une fois, cela témoigne d'une profonde incompréhension de la part de Courtillot, pour qui l'analyse des mécanismes du climat se résume à dire si oui on non des courbes se 'ressemblent'...

Quel seuil critique a donc été franchi vers 1987 qui fait sauter le climat européen d’un état stable à un autre, certes plus chaud ?

86: Tchernobyl ? 
'stable' : la courbe s'arrête dans les années 90 - où est donc le reste du 'plateau' ?

La signature du réchauffement est donc régionale.

Ben oui - il y a une réchauffement global, et sa déclinaison régionale n'est pas homogène, évidemment. Quel scoop.

Pour ce qui est de la France, des indicateurs agricoles confirment cette évolution. C’est ainsi que la date de floraison des poiriers a été stable (avec de fortes variations autour de cette moyenne stable, comme la courbe de température de la figure 1 en bas à droite) jusqu’en 1987, et a avancé de deux semaines vers cette période, mais n’a plus évolué sensiblement depuis, en bon miroir de la température européenne moyenne (ou de celle de la France qu’on peut trouver sur le site de Météo-France ; voir Figure 2).

Si vous allez voir la figure, vous pourrez admirez davantage de tendances 'à la main', entre lesquelles il n'est pas 'facile de trancher mathématiquement' (sic).

Pour ce qui est des causes de ces évolutions, on se reportera à notre réponse à la question I-2. Nous y expliquons qu’à notre avis l’influence du CO
2 a été surévaluée et celle du Soleil sous-évaluée, sans qu’il soit encore possible d’en donner des estimations quantitatives précises.

voir #1...

Nous pensons que les incertitudes restantes dans l’étude de ce problème complexe qu’est l’évolution du climat ont été très sous-évaluées. Les prévisions sont d’autant plus incertaines. Il faut souligner l’extrême variabilité du climat dans l’espace et dans le temps. Et naturellement les prédictions dépendent de la compréhension que l’on a des causes du phénomène. Si le Soleil est bien (comme il l’a été depuis des milliards d’années et à toutes les échelles de temps) un déterminant majeur du climat de la Terre, on comprend mieux la décroissance de la température à l’échelle globale depuis une dizaine d’années, en liaison avec une décroissance de l’activité solaire.

Magnifique "raisonnement" par induction. le soleil est bien "un" facteur; quid des autres facteurs déterminant le climat, comme l'effet de serre? Quid, à l'échelle décennale, de la variabiltié naturelle du climat ?

Certains physiciens du Soleil pensent qu’il vient de passer dans un mode de fonctionnement plus modéré qu’au cours des dernières décennies, et la baisse des températures pourrait se poursuivre quelques décennies, pour nous ramener peut-être (à l’échelle globale) aux températures des années 70…

Ah ben, tiens, Courtillot 'extrapole' à son tour, maintenant (au temps pour "ceux qui s'inquiétaient")...  on voit donc bien comment il a l'habitude de raisonner - raisonnement qu'il suppose donc partagé par les climatologues.

Quant à l’évolution à l’échelle de la France, elle est très difficile à évaluer, au vu de la variabilité régionale observée au cours du siècle qui vient de s’écouler. Bref, le climat devrait continuer à évoluer, avec des constantes de temps d’une à quelques dizaines d’années, tantôt vers le haut, tantôt vers le bas.

En voilà une expertise qu'elle est bien etayée...

Savoir si l’accumalation poursuivie du CO2 déclenchera un réchauffement anormal dans les années qui viennent est un sujet de recherche important. Mais dire que ce réchauffement anormal a déjà commencé, et ce avec un seuil de confiance de 90% comme le dit le rapport du GIEC aux décideurs politiques, ne nous semble compatible ni avec la complexité du problème , ni avec les nombreuses observations qui semblent indiquer d’autres causes. Savoir si les évolutions climatiques sont une bonne ou une mauvaise chose, où et pour qui, est un problème distinct, qu’il vaudrait mieux ne pas mélanger sans précaution avec l’analyse scientifique de faits. »

Ne pas mélanger les choses (sous-entendu, moi je ne le fais pas, les autres, oui), c'est pour ca qu'il y a des groupes de travail I et II à l'IPCC, non ?

Manquent ici quelques éléments du discours habituel de Courtillot - par exemple l'extrapolation linéaire sur le XXIèm siècle des 20 cm de hausse du niveau marin au siècle dernier, qui ne s'est 'pas accélérée' (juste de ~2 à ~3,5mm/an sur les derniers 20 ans, soit plus de 50%...) - mais bon, il y a déjà largement ici de quoi le discréditer lorsqu'il donne son avis sur le climat...
En résumé, le propos de Courtillot est fait d'une bonne dose de mauvaise foi, de beaucoup de sous-entendus, et, visiblement, d'incompréhension. On dirait que pour lui tout ca se résume à rapprocher des courbes et d'extrapoler les 'ressemblances'- et la physique et les mécanismes, on verra ca plus tard... : qu'il fasse cela de son côté, fort bien - mais qu'il ne fasse pas croire que c'est là le seul raisonnement de la science du climat; et qu'il ne s'étonne pas si de tels travaux n'emportent pas l'adhésion (c'est un euphémisme) de la communauté concernée (voir par exemple ici, à nouveau).






 

Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

lemiere jacques 21/10/2010 17:54


alors la superposition des courbes est tendancieuse....et cela montre que les modèles sont foireux ou les températures non mesurées correctement, en fait c'est une observables degueulasse et sans
sens physique clair....
En fait les arguments du giec comme ceux des sceptiques sont parfaitement recevables.
Il est parfaitement légitime de faire des modèle ,, ne serait ce que pour étudier les mécanismes réels du climat qui ne sont pas accessibles via des calculs grossiers... mais le giec me semble-t-il
veut aller trop vite ou se trompe de présentation....
si la conclusion est que plus de CO2 dans l'atmosphere va modifier le climat et sans doute conduire à une augmentation des temperatures de la basse troposphère .. oui...et les modèles sont alors un
calcul de perturbation qu i ne necessite pas de connaitre tout ce qui se passe dans le bazar.là les gens ne tiquent pas trop ..si on pose des scenarii et qu'on pretend etre capable de discerner la
part du CO2 dans le rechauffement du passé....on dit en fait:" nous avons tout compris des mecanismes du climat au second ordre" et alors il est normal que l'on teste cette affirmation en étudiant
le climat plus avant...
Il est amusant de constater que si on oubliait un temps le soleil...et qu'on essayait de comprendre la relaxation d'un systeme composé d'une terre solide multicouche couplée avec dessus des océans
au dessus du gaz qu'on fasse tourner tout le bazar à fond de train et qu'en plus on ajoute la perturbation lunaire ce serait deja coton tout est couplé la dedans.. ajoutez les perturbation
gravitationnelle diverses et vous avez un systeme dont on ne pourrait etudier que de faibles perturbations....dans le simple cas d'un calcul de gradient de temperature avec l'altitude on fait pare
exemple intervenir la gravité supposé champ exterieur constant mais en pratique c'est couplé ....à l'equilibre statique ça va on trouve des resultats coherents....mais introduisez des
variations...ça ne marche plus..

quant à la premiere critique des modeles elle me semble etre de savoir comment on sait que sur une periode donnée le bilan radiatif est equilibré....avec une precision d'un ordre inferieur au
forçages supposés mis en jeu.
Les modeles DOIVENT etre critiqués et plus rudement que cela....


jacques 18/10/2010 01:07


Je vais risquer une question stupide ...mais comment le giec superpose t-il les courbes de temperatures issues de modèles avec les mesureq de station de sol...je ne parle pas de tendance mais du
point de vue de valeur absolue...
les mesures de temperatures de stations etant standardisées de façon arbitriare .. pourquoi ça colle en valeur absolue? ça veut dire que la temperature est homogène près du sol et ce ce sur une
epaisseur qui va correspondre à des volumes de cellules classique des modèles?

Une remarque la superposistion des resultats des modeles est franchement tendancieuse...cela cache les incoherences des modeles individuels et oriente la comprehension du lecteur.


ICE 21/10/2010 14:31



Ce ne sont pas des valeurs absolues qui sont représentées, mais des anomalies (des écarts à la moyenne.... la moyenne étant définie par exemple sur 1960-1990).


Les modèles ont des biais moyens importants: ils ratent la température moyenne du globe (telle qu'on l'estime par les mesures au sol) d'1 degré ou plus:


http://www-pcmdi.llnl.gov/projects/cmip/overview_ms/control_tseries.pdf



Ort 08/02/2010 15:12


Dernière actualité de Courtillot, décidément omniprésent dans les médias : il sera l'unique invité de France Culture, dans Les Nouveaux Chemins de la Connaissance (R. Enthoven) -
émission du vendredi 12 février 2010.
"L'esprit du scepticisme 5/5 Polémique autour du réchauffement climatique".

Après un cycle de quatre jours, consacré au "scepticisme" en philosophie (Pyrrhon, Montaigne, Pascal, Hume), c'est Courtillot qui sera invité pour le dernier jour, à titre d'illustration pratique,
et apparemment, encore une fois sans contradicteur: bref, élevé implicitement et de facto, ni plus ni moins qu'au rang d'héritier d'une longue tradition philosophique initiée par les Sages
Antiques... *sigh*

Je vais malheureusement la manquer, mais ça promet un grand moment de radio.


o 16/12/2009 16:45


A propos de l'AGU, surveillez ce site http://www.agu.org/meetings/fm09/lectures/
Pour ecouter l'expose de Richard Alley "The Biggest Control Knob: Carbon Dioxide in Earth's Climate History".


Georg Hoffmann 16/12/2009 13:53


J'ai parle avec Courtillos ici a la AGU. Je lui a montre la meme figure que t'as poste dans tes commentaires, ICE. Donc c'est bien evident que l'augmentation de temperatures en palier est toute a
fait dans les figures de GIEC. Il a vu la figure la premiere fois et a effectivement seulement connu celui du resume pour policy makers (à basse resolution sans difference entre l'Europe du Nord et
l'Europe du Sud).
En plus il a constaté que le fait que les modeles ne montre pas ce type d'augmentation en palier. Je lui a demande comment il sait que les modeles ne font pas ca parce evidemment on voit seulement
un enveloppe des resultat d'une centaine de simulations. A ce moment il a terminé la discussion.
PS Imaginez qu'on prend une seule simulation d'un seul modèle. Dans le sense de Courtillot elle en contradiction avec les autres modèles parce que sa trajectoire vers un rechauffement est unique et
n'est pas reproduit par les autres modèles. C'est quand meme surprenant.


ICE 16/12/2009 17:57



"Il a vu la figure la premiere fois et a effectivement seulement connu celui du resume pour policy makers"
Ce qui tend donc à montrer qu'il ne lit pas le rapport complet.
Je vois qu'il avait un poster "climat/soleil" ce lundi: je ne doute pas qu'il ait eu du succès...

Bonne AGU!


  • : Le blog de ICE
  • Le blog de ICE
  • : Actualité, réflexion autour du changement climatique, de l'énergie, de l'environnement...
  • Contact

Texte Libre











Archives