Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 12:53

Vu l'autre jour "Soleil Vert", le fameux film de science-fiction de R.Fleischer, de 1973, avec Charlton "Ben-hur" Heston. Dans ce film, situé en 2022, la pollution et le réchauffement climatique ont détruit la végétation terrestre, la civilisation s'est effondrée (un régime totalitaire subsiste), seule une micro-élite vit dans l'opulence (c'est-à-dire  dans des appartements années 70 avec fauteuil-oeuf et canapé en moquette, escort-girls incluses - et surtout ont acces à ... des légumes verts) et la population (surpopulation, plutôt), vit misérablement, dans des villes tombant en ruines, sous la canicule et la poussière, en se nourrissant de "Soylent Green", un produit synthétique à base de plancton, produit par la multinationale (le seule qu'il reste, on dirait) Soylent...   Well, Charlton, flic opiniâtre, va découvrir que le plancton disparait aussi, en fait, et que le "soleil vert" n'est pas exactement à base de bons produits de la mer...
Ce qui est frappant, c'est bien sûr qu'il s'agit peut-être le premier film apocypto-écologiste, envisageant l'effondrement de la civilisation industrielle et exaltant en même temps la nature et un certains nombre de choses "simples" (manger des pommes !)... certains diront, dénoncant la malbouffe :-).. A titre plus scientifique, on peut être frappé que dès le début des années 70, on parle d'effet de serre au cinéma ("it's this god damn' greenhouse effect", dixit Charlton).
Du coup, j'en ai profité pour commencer à dresser une petite liste des films où il est fait mention du réchauffement climatique, explicitement (même très rapidement) ou via le contexte - j'exclus les films documentaires type "Inconvenient truth" et "Home".
Si vous voulez compléter, vous êtes bien sûr les bienvenus.

- 1973: "Soleil vert", donc. Au début du film, Charlton dit que c'est la pollution et l'effet de serre qui ont détruit la végétation, et causent la canicule permanente qui règne désormais sur le monde.

- 1992: "Batman Returns", de Tim Burton - le second, celui avec le Pingouin et CatWoman (le meilleur, bien sûr). Quand Pingu envisage de candidater pour la mairie de Gotham (poussé par Christopher Walken), il imagine son programme:  "Stop Global Warming, start Global Cooling !".
Et comme juste avant il y a la fameuse scène du nez, je vous mets l'extrait:



- 1995: "Waterworld", de K.Reynolds. En 2500, toutes les glaces ont fondu, la Terre est (quasi ?) entièrement recouverte d'eau... et Kevin Costner a des branchies. Notons que si toutes les glaces fondent, ca fait grosso modo +70m de montée des eaux, donc le scenario est un peu généreux: il devrait quand même rester un peu de terre ferme...

- 2001 "Artificial Intelligence: AI" de S.Spielberg. On est a priori au milieu du XXI siècle ? Le réchauffement climatique a fait fondre les calottes, et pas mal de villes côtières ont été submergées; le climat, devenu chaotique, a sévérement réduit la production agricole, causant la mort de centaines de millions de personnes dans les pays pauvres et conduisant les pays riches a strictement contrôler la démographie, donc les naissances. Du coup les gens construisent des robots à la place - parce que les robots, ca ne mange pas.
Notons que le réchauffement conduit 2000 ans plus tard, à la fin du film, à... une glaciation.   

- 2004: "The day after tomorrow" de R.Emmerich. - évidemment. Là on est "dans" la catastrophe climatique, qui se produit à notre époque, en ... 8 jours (voir ici).

Comme qui dirait: what else ?

Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

Déréglé temporel 18/09/2009 06:31

Ah, ben si on peut faire dans la littérature et traiter en plus des dérèglements climatiques couchedozonesques, je vais tout de suite ploguer l'un des livres marquants de ma jeunesse, l'Ombre et le Cheval, d'Esther Rochon:
http://aigueau.wordpress.com/2008/08/31/lombre-et-le-cheval/

Jean-no 15/09/2009 00:59

Et toujours en roman "La machine à différences" de William Gibson et Bruce Sterling, qui est un passé alternatif : l'ordinateur naît cent ans plus tôt, car Babbage a fini son ordinateur, et les problèmes contemporains apparaissent (fichage,...) jusqu'à une catastrophe écologique causée par l'homme, à mi-chemin entre le fog et l'effet de serre. La chaleur devient insoutenable pendant que le héros essaie de survivre dans la ville, en proie aux activités de terroristes luddites.

Jean-no 14/09/2009 18:23

Il y a aussi Blade Runner mais je ne me rappelle pas le détail : l'activité humaine a ruiné l'atmosphère et le climat (il pleut tout le temps) et tué tous les animaux.

Jean-no 14/09/2009 18:16

J'oubliais "Idiocracy" (alors que je viens d'écrire dessus : http://www.hyperbate.com/dernier/?p=7167) qui est la version hard de Wall-E : en l'absence de prédateur et grâce au confort acquis, la bêtise humaine est nettement favorisée par l'évolution et se généralise... Du coup, la planète est dans un état lamentable.

HollyDays 14/09/2009 18:01

AlloCine donne cette liste-ci : http://www.allocine.fr/tags/default_gen_tag=d%E9r%E8glement+climatique.html

A part ceux qui ont déjà été cités et ceux qui ne sont pas encore sortis (en particulier le prochain "L'Age de la Stupidité" avec Pete Postlethwaite), les films de cette liste ne rentrent pas vraiment dans la catégorie "changement climatique" tel qu'on connait changement aujourd'hui.

Par contre, ils entrent bien dans la catégorie "l'homme perturbe l'atmosphère", comme par exemple le film "Chapeau melon et bottes de cuir", avec Ralph Fiennes et Uma Thurman, où le personnage joué par Sean Connery détraque complètement le climat britannique à lui tout seul : tempêtes de neige estivales, averses apocalyptiques, changements de température énormes et soudains (moi, je dis : il est trop fort, ce Sean !)

  • : Le blog de ICE
  • Le blog de ICE
  • : Actualité, réflexion autour du changement climatique, de l'énergie, de l'environnement...
  • Contact

Texte Libre











Archives