Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2009 5 24 /04 /avril /2009 18:58
C'était cette semaine l'EGU, à Vienne, qui rassemblait cette année quelques 9000 Scientifiques de la Terre (au sens large: climat, géologie...)... L'occasion pour eux de profiter des wienerschnitzels et de la weissbier (une dernière fois peut-être, car l'an prochain la conférence devrait être à Paris, avant de descendre à Lyon ou Barcelone, selon la rumeur...), et acessoirement de présenter/écouter un peu de science. On note que James Annan indique sur son blog y sentir cette année quelques relents de scepticisme climatique (une histoire de médaille d'honneur au controversé Eigil "cosmic rays" Friis-Christensen  - une sorte de Vincent Courtillot danois, peut-être -, de student course donné par Exxon, etc...)... .
Nature feedback a couvert un peu la conférence - on y apprend que l'article paru dans Nature cette semaine, "the carbon balance of terrestrial ecosystem in China" , y a fait un peu de bruit.
L'article dit en substance que les écosystèmes chinois ont absorbé, entre 1980 et 2000, environ 1/3 des émissions de CO2 de la Chine. Les auteurs (une colaboration sino-européenne, avec le LSCE) arrivent à cette conclusion par 3 methodes séparées, qui, c'est le point fort de l'article, convergent à peu près: mesures de biomasses au sol (extrapolées ensuite par satellite), inversion de mesures de CO2 atmosphériques, modélisation. La part importante de ce puits se situe dans les forêts du Sud du pays.
C'est un résultat important bien sûr, dans la mesure où la distribution régionale des bilans source/puits de CO2 des écosytèmes continentaux n'est pas encore bien cernée: on sait globalement que la biosphère est un puits de carbone (environ 25% des émissions anthropiques absorbées), mais pas encore précisément où sont vraiment les différentes composantes du puits...
Mais l'agitation autour de ca vient surtout, selon Nature, de ce que ce genre de donnée pourra être utilisée par la Chine lors des négociations climatiques de Copenhague fin 2009, qui doivent donner une suite au protocole de Kyoto. On comprend bien, en effet, la portée symbolique de l'affaire: ok, nous Chinois, avons beaucoup émis de CO2, mais dans le même tenps absorbé plus que "notre part" (33%>25%). En même temps, si j'en crois ce qu'on me dit dans l'oreillette sur la comptabilisation des puits carbone dans Kyoto et cie, on ne s'y réfère pas tellement à ce genre de publication: on s'appuie plutôt sur les inventaires forestiers nationaux (en France, l'IFN, par exemple), et à ce petit jeu là les Chinois, comme chacun, font bien leur compte, et calculent déjà ce qu'ils vont éventuellement pouvoir comptabiliser, notamment avec leurs programmes de reboisement.

Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

Ch'Tom 25/04/2009 12:33

Voila le genre d'argumentation qui devrait remettre du baume au cœur des sylviculteurs égyptiens...

ICE 27/04/2009 12:09


euh, je suis pas sur de comprendre ce que tu veux dire ?


  • : Le blog de ICE
  • Le blog de ICE
  • : Actualité, réflexion autour du changement climatique, de l'énergie, de l'environnement...
  • Contact

Texte Libre











Archives