Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 10:13

Allez, quelques brèves en vrac pour reprendre la main apres quelques jours loin des claviers...


- Claude Lorius, un des pères de la glaciologie "climatique"  (le fait de mesurer les concentrations passées de gaz à effet de serre et les températures dans les carottes de glaces... cf jean jouzel, et autres) est "très pessimiste" sur notre avenir et notre capacité à gérer le problème climatique, et il le dit dans Le Monde...

Franchement, malgré tout le respect qu'il faut avoir pour quelqu'un comme Claude Lorius, je ne vois pas tres bien l'intérêt de ce genre d'interview: évidemment c'est un scientifique éminent qui s'exprime - mais sur un plan scientifique on ne voit pas bien les arguments que C.Lorius apporte pour justifier son pessimisme et argumenter que le ChClim va etre pire que prévu - quoique cet aspect des choses, justement, puisse sans doute être discuté. Quant au plan de la gestion politique internationale du problème climatique, et de pourquoi il faut être optimiste ou pessimiste, on ne voit pas très bien en quoi l'opinion de C.Lorius, même scientifique éminent, est vraiment de plus de poids que celle d'un autre citoyen - par exemple sur la question d'une "gouvernance mondiale de l'énergie" ... Bon, après, c'est sûr qu'un scientifique qui avoue son découragement, ca fait un interview accrocheur (pour être honnête, on sent que c'est plutôt LeMonde qui pousse à la roue sur ce coup-là, CL avouant que "ce n'est pas son domaine de compétence")... mais pas sûr que ca fasse beaucoup avancer le schmilblick.

 

- un peu de pub pour les copaings: vous vous demandiez quoi offrir à Noel? en particulier à vos amis qui partent à Budapest en easyJet et qui se demandent ce que signifie vraiment "compenser" ou non le voyage en avion ? et bien un livre sort sur "tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la compensation-carbone (si si) sans jamais oser le demander" - c'est ici. Et c'est garanti, les auteurs payent les bières pour chaque exemplaire acheté. 

La question est: le livre papier est-il compensé-carbone ?

"Comprendre la compensation Carbone", V.Bellassen, B.Leguet, ed.Pearson.


[Tant que j'y suis, un livre à base de ChClim que j'avais bien aimé, il y a qq temps (parmi la pléthore de livre du même type): "Comprendre le changement climatique", dirigé par JL Fellous et C Gauthier, avec des chapitres thématiques (atmosphère, océan, climat-carbone, etc...) écrits par des spécialistes de chaque discipline (Le Treut, Wunsch,Ciais,...). Sans doute pas idéal, toutefois, si l'on part totalement de zéro sur le sujet - mais intéressant sinon, notamment pour le fait de percevoir les nuances, sur certains points, entre certains des auteurs...]

 

- Dans la série "papiers qui font lever les sourcils": vous vous demandiez pourquoi les caribous dans le Grand Nord n'ont pas l'air d'avoir la patate ? c'est parce que la toundra émet du chloroforme... 


- chez J.Annan, on apprend que pour faire face à la crise et financer ses "taxcuts", le gouvernement anglais envisage de vendre le MetOffice (really ??).


- Simultanément, les anglais viennent de voter un objectif "contraignant" de -80% d'émissions de CO2 (par rapport à 1990) d'ici à 2050. Waouh. How impressive. Pourquoi pas 90%, ou 100 % même ? Ca fait penser à je ne sais plus quel industriel de l'aéronautique qui disait qu'en 2020 ou 2040, l'aviation serait "zéro-carbone"... - Demain, on rase gratis.


- Enfin, dans la série "les bonnes idées de notre gvt pour la Recherche", on apprend que le budget du synchrotron Soleil - voisin du Lsce à Saclay - est amputé de la bagatelle de... 28 millions d'euros. Pffiouu - à qui le tour, apres ca ?



Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

HollyDays 09/12/2008 18:05

Vous semblez vous gausser de l'objectif "contraignant" de -80% d'émissions de CO2 (par rapport à 1990) d'ici à 2050 votés par les Britanniques. Pourquoi ne vous gaussez-vous pas alors du fameux "Facteur 4" français - c'est-à-dire l'objectif de baisse de 75% des émissions en 2050 par rapport aux émissions de 1990 - que le Parlement français a pourtant inscrit dans la loi en 2004 ?

Et pourquoi 80 % ? Parce qu'il se trouve que les Anglais émettent de l'ordre de 25% d'équivalent CO2 de plus que les Français par individu. Si l'on veut que le monde divise par 2 ses émissions d'ici 2050 par rapport à 1990, les Français doivent donc les diviser par 4, et les Britanniques par 5.

ICE 10/12/2008 11:45


Oh, mon objectif n'est pas de me gausser des anglais plus que des francais - c'est pareil (là c'était juste l'actualité).
Le fait est qu'on a qd meme l'impression que la multiplication des intentions (même fondées quantitativement parlant) sert de cache-sexe à la frilosité des prises de décision correspondantes.
On s'y perd un peu entre les objectifs, ou les déclarations d'intention non-contraignantes, c'est selon, de kyoto, post kyoto, de l'UE, des USA, de tel ou tel pays... et pdt ce temps-là les
émissions augmentent toujours plus rapidement. Le blog de nature avait un bon post la-dessus:
http://blogs.nature.com/climatefeedback/2008/09/graphing_climate_policy_progre_1.html


sirius 01/12/2008 12:37

Il n'y a pas que du pinaillage. Sans doute, l'avis de C Lorius n'est il qu'un avis citoyen mais c'est l'avis d'une personne qui a suivi ces affaires de près depuis plus de 30 ans.
C'est vers la fin des années 70 que le CNRS a mis en place un premier programme de recherches sur l'évolution du climat. Le PNEDC (Programme NAtional d'Etude de la Dynamique du Climat) est né bien après. Déjà, la question qui se posait n'était pas de savoir si il y aurait un réchauffement mais quelle seraient sa vitesse et son ampleur. On a commencé à alerter les politiques et la société là dessus dès les années 80. C Lorius et d'autres chercheurs sont les témoins des vitesses auxquelles se réalisent la prise de conscience et la prise de décisions.

C'est cela qu'il a exprimé par son pessimisme.
Un article de G Schmidt aujourd'hui sur Real Climate me semble assez éclairant: il y a loin encore avant de parvenir à un accord et à une décision réellement constructive. Je cite ce passage de l'article qui le semble intéressant

The sad thing is that this kind of empty rhetoric is being employed at a time when maximum intellectual effort needs to be put into dealing with the energy and climate situation. As I've said elsewhere, the reflexive refusal of some commentators (on the right and, occasionally, the left) to come to terms with the reality of climate change is profoundly disappointing and an abdication of their potentially constructive role in public life.

En d'autres termes, en 30 ans, la science a progressé bien plus que la capacité réelle de réaction de la société.

ICE 01/12/2008 14:21


ok, je crois qu'on est qd meme assez d'accord - sans doute la perspective historique me fait-elle défaut, et sans aucun doute le fait d'avoir pu suivre l'histoire depuis le début, des premières
alertes fin des 70's à l'inaction encore aujourd'hui, doit-il en effet confèrer un recul et une inclination supplémentaires au pessimisme.


ira 29/11/2008 18:10

Hello again, Ice-Man

J'ai remonté le temps!
Je viens de lire vos articles de Septembre 2007. (Prochainement, Oct. 2007 etcetera)

Vous serez mon prof de climatologie en France (et à la fois un prof de l'histoire francaise -- juste ci-dessus, j'ai appris plein de choses,
je n'avais jamais entendu de Monnet, de Grenelle en 68 et en 07).
ET J'ai été bien surpris que Al Gore ait été un participant dans le Grenelle de l'Environnement.

See ya, IRA

sirius 28/11/2008 15:51

Il n'est pas difficile de comprendre ce qui rend Lorius pessimiste: on a commencé à dénoncer le réchauffement dès les années 75 et à mettre en place des tas de programmes de recherche pour affiner les prévisions et fournir aux politiques de quoi décider.
On sait qu'on n'a pas l'éternité devant nous
On constate que les décisions nécessaires sont impossibles à prendre ..souvent d'ailleurs pour de très bonnes raisons (c'est bien de penser à demain mais il faut vivre aujourd'hui par exemple). Et le fait que ça soit pour de bonnes raisons rend encore moins optimiste

ICE 29/11/2008 17:17



Bonjour,


merci pour votre commentaire - mon point n'était pas du tout de trouver étrange ou infondé le pessimisme de certains comme C.Laurius: il y a en effet de bonnes raisons de l'être... qui
s'affermissent avec le temps qui passe, et l'inaction...et sans aucun doute bien peu d'être optimiste; d'ailleurs, le pessimsme quasi-fataliste parait meme un état d'esprit assez
répandu ... (mais, je crois que c'est J.Monnet qui a dit "l'important n'est pas d'être optimiste ou pesssimiste, l'important est d'être déterminé"...).  Je voulais en fait juste
souligner que LeMonde pratiquait peut-être un certain amalgame, entre l'expertise et l'avis personnel: certes, C.Laurius a sans aucun doute une conscience et une expertise du danger, en tant que
scientifique du climat, bien plus pointue que la plupart des gens. Mais, quant à juger de ce que l'homme peut ou non finalement agir, et dans les bons ordres de grandeur, il ne me semble exprimer
la qu'un avis personnel, non ? sans doute d'autant de poids que si un autre scientifique, ou finalement n'importe quel citoyen suffisamment informé des enjeux, exprimait son
avis...


Mais bon je pinaille sans doute un peu, je l'avoue :-)


 



  • : Le blog de ICE
  • Le blog de ICE
  • : Actualité, réflexion autour du changement climatique, de l'énergie, de l'environnement...
  • Contact

Texte Libre











Archives