Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 19:00

En flânant sur le web, on peut trouver ces intéressantes cartes, à propos de déforestation... la première donne grosso modo la déforestation déjà effectuée par l'homme historiquement, la seconde l'évolution en cours aujourd'hui.

 


La période de référence pour la déforestation est 1980-2000 (données satellite, statistiques nationales et "opinion d'experts"), pour la "dégradation des sols dans les drylands" (=désertification), c'est censé être le dernier demi-siècle (basé sur des "avis d'experts" uniquement) .

On visualise bien, comme attendu, le gain de forêt aux moyennes-hautes latitudes, et la perte dans la ceinture tropicale (par les "flancs" des forêts, donc par déforestation humaine). Toutefois les couleurs ne donnent pas le taux de perte ou de gain, attention, le déforestation tropicale étant plus intense l'intégrale sur le globe entier reste negative (perte de forêt).

Voilà qui est à rapprocher d'un article de l'an dernier dans PNAS, qui avait fait un peu de bruit à l'époque: "Combined climate and carbon-cycle effects of large-scale deforestation", de Bala et al.
Avec leur modèle couplé climat-carbone, ils réalisaient des simulations jusqu'en 2150, une sur la base du scénario d'émissions A2 uniquement (simul "standard"),  une sur A2+ déforestation globale ("global"), - c'est-a-dire qu'en l'an 2000, toutes les forêts sont "abattues" dans le modèle - et trois simuls sur A2 + déforestation partielle (tropicale, tempérée, boréale).
Ils obtiennent les courbes de CO2 et T° suivantes:  

bala1.jpeg

On voit bien que, logiquement, déforester rajoute encore du carbone par rapport au scénario A2 seul, dans tous les cas ( une partie de ce surplus venant du fait que déforester diminue aussi la capacité de stockage de la végétation sur les émissions A2 "initiales"). Par contre la hiérarchie des courbes des températures ne correspond pas à celles des courbes "radiatives" de CO2: la déforestation tropicale conduit à un monde plus chaud que le standard (+0.7 K en 2100), la déforestation tempérée à peu de différence (-0.04 K), et la boréale à un monde plus froid (-0.8K). 
La déforestation globale, intégrant le tout, refroidit aussi la planète:-0.3K.
Les cartes ci-dessous détaillent ces températures, spatialement (moyennes 2095-2105, en anomalies par rapport à la simule standard): C,D,E sont pour les déforestations boréales, tempérées et tropicales, A pour la globale, et B pour la somme algébrique de C D E (afin de montrer qu'elle n'est pas très différente de A...)
 

bala2.jpeg


L'explication de ces effets contrastés tient aux différents effets de la déforestation sur la température: rajouter du CO2 à l'atmosphère (effet positif), diminuer la capacité de stockage future de la végétation (+), diminuer l'évapotranspiration (+, surtout dans les tropiques); mais aussi augmenter l'albédo (-): en effet remplacer une forêt par des prairies augmente la part du rayonnement incident réfléchi par la surface, donc diminue l'énergie absorbée. L'effet biophysique (albédo et évaporation) est, en gros, plus local que l'effet biogéochimique (sur le cycle du carbone): on visualise d'ailleurs bien cela sur les cartes C et E, le carbone issu de la déforestation tropicale (E) réchauffant l'ensemble de la planète, alors que l'effet albédo refroidit surtout les hautes latitudes (C).
L'augmentation d'albédo consécutive à la déforestation est plus marquée aux latitudes boréales, du fait de l'effet de la neige (voir la carte A ci-dessous: anomalie d'albédo entre la simule "global" et la "standard") - et comme le contenu total en carbone des forêts boréales est plus faible que celui des forêts tempérées et tropicales (respectivement, dans ce modèle, 80, 316 et 422 PgC), l'effet net y est dominé par l'albédo, et correspond donc à un refroidissement.
Pour info, les cartes B, C et D ci-dessous montrent l'anomalie "global-standard" en 2100 pour, respectivement, l'évaporation (cm/jour), la fraction nuageuse, et l'albédo planétaire (celui vu de l'espace). On note que que la déforestation sous les tropiques fait diminuer l'évaporation fortement, donc la nébulosité, ce qui fait diminuer l'albédo planétaire (puisqu'il y a moins de nuages réfléchissants), et donc compense l'augmentation d'albédo en surface, issu de la déforestation.

bala3.jpeg
Ces résultats, bien que dépendant naturellement du modèle utilisé (par exemple pour le contenu en carbone des différentes forêts), confirment des travaux antérieurs, indiquant que déforester, au delà de l'effet "carbone" peut provoquer un refroidissement - essentiellement localement- particulièrement dans les hautes latitudes. En creux, cela signifie que des projets de reforestation menés dans le but de séquestrer du CO2 peuvent être non voir contre-productifs, d'un point de vue climatique, si mal menés ou menés au mauvais endroit...
Les auteurs vont même jusqu'à préciser que déforester pour refroidir ne serait pas moral - vous n'y pensiez pas...

Pour revenir aux cartes initiales, cela montre que d'un point de vue climatique, l'évolution en cours actuellement n'est pas neutre (le gain aux moyennes/hautes latitudes ne compensera pas la perte au niveau des Tropiques).
Il est frappant de constater à quel point les forêts tropicales se trouvent aujourd'hui à la croisée d'enjeux majeurs: climat, biodiversité, érosion des sols, eau, énergie... et à quel point il serait donc vraiment bienvenu d'en cesser la destruction.

Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

Tom Roud 02/04/2008 01:26

Un truc pas clair pour moi : le gain en forêt est-il dû à une politique active de reforestation ? Où est-ce une reforestation "naturelle", due par exemple à l'augmentation du CO2 qui favorise le développement de la végétation.

ICE 02/04/2008 09:28


oui c'est pas trop précisé sur cete carte - mais je crois pas que, même si apparemment cette carte intègre des données satellite, elle prenne en compte le "greening" de la biosphère par
fertilisation CO2 (visible par satellite, en effet): la gain serait plus diffus sur la carte. il y a plus probablement gain de forêt, en superficie, par reconquête des friches et déprise agricole,
et reforestation active (suède ?).