Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 12:12

Ai assisté avec curiosité, hier, à un séminaire chez nos voisins de l'IPGP, présenté par Vincent Courtillot himself. Ca s'intitulait  "Que savons-nous de la température moyenne de la basse atmosphère ?". La salle était bondée - je ne sais pas si c'est habituel pour les séminaires de l'IPGP...- , mais pas grand monde de chez nous n'avait fait le déplacement. 
Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi, Courtillot est le directeur de l'IPGP, membre de l'Académie des Sciences, auteur avec ses collègues d'un papier dans EPSL fin de l'année dernière sur les connections "possibles" entre géomagnétisme, activité solaire et climat terrestre. Suite à cet article, ainsi qu'à, auparavant, une session ouverte de l'Académie des Sciences au printemps dernier sur le changement climatique (présidée par Courtillot), Courtillot (et Allègre) s'étaient attirés un critique cinglante de la part du blog RealClimate. Reprenant notamment la réponse faite à l'article d'EPSL par Bard et Delaygue, Ray Pierrehumbert y allait jusqu'à soupconner ouvertement Courtillot et ses collègues d'avoir sciemment "bidonné" des courbes. Du coup, LeMonde et Libé y étaient allés remettre une petite couche, reprenant plus ou moins ces accusations.
Bien qu'il se soit défendu de vouloir s'abaisser à trop se défendre contre cette "calomnie", Courtillot a quand même passé un peu de temps à répondre aux critiques (on le comprend) - d'abord en expliquant sa réponse aux commentaires de Bard & Delaygues, réponse qu'on peut trouver sur le site d'EPSL et qui doit paraître sur papier prochainement - chacun jugera si elle répond bien aux critiques initiales... Courtillot s'est plaint de ce que la presse n'ait pas fait état de cette réponse, qui était disponible à l'époque de leurs articles (ca parait légitime). Apparemment Courtillot a également répondu aux journaux concernés, réplique dont il s'interroge et s'inquiète de ce qu'elle soit resté lettre morte pour l'instant. J'espère en effet que Libé and co ne feront pas l'erreur de ne pas publier ce droit de réponse...  
[MAJ 16/01: Le Monde a publié le droit de réponse de Courtillot, assorti, de façon inhabituelle, de ses propres réponses au démenti de Courtillot - ainsi qu'un petit résumé de toute l'histoire ]
Enfin, concernant RealClimate, Courtillot s'est dit complètement ignorant de la blogosphère climato, mais s'étonnant que des gens sérieux aient du temps à perdre à écrire des blogs (je prends note...), déplorant que cette blogosphère prenne autant d'importance, puisse, d'ailleurs, fournir des informations contradictoires au profane, et qu'il faudrait quand même mieux s'en tenir à la "bonne science" peer-reviewed  (au passage, je crois quand même qu'historiquement Realclimate a été créé justement pour répondre à la "junkscience"  sceptique qui florissait alors sur le net - on peut débattre de savoir "qui a commencé", mais bon...) - bref tout ce discours pour, 2 minutes plus tard, citer pour sa défense  l'explication de "l'affaire Courtillot" que donne Steve McIntyre sur son blog ClimateAudit... Well well...

Bon, et la science dans tout ca ?
Donc ca s'appelait "Que savons-nous de la température moyenne de la basse atmosphère ?". Et bien, moi, rien de spécial a priori - mais certainement pas beaucoup plus après ca... Grosso modo, 1h30 de courbes et de corrélations dans tous les sens, corrélations "visuelles" s'entend, sans quasiment jamais de quantitatif ou de mécanisme - le concept de W/m2 ayant du apparaître, par exemple, 15 secondes environ sur une seule diapo... Bref, un peu faiblichon, et l'impression d'avoir perdu mon temps, pour le coup. 

1) Courtillot commence par rappeler les résultats de son papier; puis s'interroge, sans transition, sur la fiabilié de la mesure de température océanique globale depuis 1850 (arguant bizarrement qu'elle est équivalente à la température globale, car les océans couvrent 2/3 du globe - il y a un gap qd meme entre 2/3 et 100%...),  notamment sur le fait que l'incertitude sur cette mesure n'augmente pas dans le passé, bien que le nombre de points de mesure décroisse fortement quand on remonte dans le temps. Ok. J'imagine que ca a été vérifié, mais pourquoi pas.  Apparemment il a demandé à Phil Jones les données pour refaire les calculs, données qui n'étaient pas diffusables d'après celui-ci... Courtillot en est donc réduit à ses interrogations - nous aussi... 

2) puis Courtillot casse un peu de sucre sur le dos de la "crosse de hockey" (version IPCC 2001) de Mann, pour citer ensuite la reconstruction de Moberg et al. (Nature, 2005), puis, pourquoi pas, celle de Loehle 2007 (qui s'est faite bien recevoir ici ou ici par exemple).... Moralité selon lui: il n'est pas dit que le réchauffement et les températures actuels soient exceptionnels... Classique. Et en regardant ces courbes - comme si c'étaient donc les seules bases de la notion de changement climatique anthropique...- Courtillot arrive très bien à imaginer que la température globale va redescendre dans les décennies qui viennent... Well, il peut toujours rentrer dans le pari de James Annan s'il y croit vraiment...

3) S'ensuivent de nombreuses autres courbes de températures, sur l'Europe, sur la France, sur diverses régions des USA.... Courtillot dessine des tendances "à la main" sur ces courbes (my goodness ! c'est permis ca ??), notamment il préfère dessiner des marches d'escalier plutôt que des courbes ascendantes, après tout pourquoi pas, pour démontrer absolument qu'il se passe quelque chose vers 1980, c'est-à-dire la décennie où sa corrélation magnétisme/température se "retourne" et où le réchauffement "anormal" commence, d'après lui  (1980's:Tchernobyl peut-être ?)...
Puis, comme toutes ces courbes et corrélations (grosso modo Courtillot a l'air prêt à corréler avec les T° terrestres a peu près tout ce qui a une forme en "N" sur le XXè siècle: hausse jusqu' en 40, plateau/baisse jusqu'en 60, rehausse après...) étaient jusque-là dépourvues du moindre mécanisme, Courtillot cite pêle-mêle, à la fin, Svesnsmark et les rayons cosmiques, de possibles variations de la couverture nuageuse qui, ayant un bilan radiatif net de -80 W/m2 (!), pourraient être responsables de tout,  un mécanisme inconnu qui transformerait l'amplitude des cycles solaires de 11 ans en une trend pluridécennales de températures ("ca s'est déjà vu", dixit...) , etc... Bref, rien de très nouveau apparemment (voir fin du premier post de RealClimate), il "persiste et signe". Bon. Je ne sais pas si ca convaincra grand-monde...

Sinon, sur la forme, il était savoureux d'observer le contraste entre Courtillot commentant des courbes établies, faisant preuve de beaucoup de prudence, invoquant le droit au doute, etc.. et Courtillot invoquant ses propres résultats "éblouissants", "époustouflants", avec des corrélations "chirurgicales" (sic)...!! Le personnage ne manque visiblement pas d'assurance...
Malheureusement tout cela est resté sans réponse ni questions pertinentes à la fin (bon, au bout de 1h30, on songe à partir, aussi...) - moins sympa que la dernière fois, quand l'IPGP avait invité R.Lindzen, que Allègre s'était emporté en tonnant contre les modèles qui font n'importe quoi (Lindzen avait dû apprécié, tiens) et que Katia Laval était montée au créneau... Le seul moment plaisant fut quand un vieux géologue a commencé à évoquer un passé reculé (un âge en -oïque à la fin), quand Paris était un désert de dunes, et que donc le climat avait toujours varié, et que donc ce n'était pas les hommes qu... - Courtillot, sentant bien que ce genre de propos ne le servait plus du tout, a dû l'interrompre tout de suite.... 

Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

Fabien 14/10/2009 15:16


Bonjour, merci pour votre compte-rendu mais je dois avouer que je ne suis pas séduit par ce que vous avancez, si ce n'est vous moquer avec légéreté des arguments de M. Courtillot.
En voyant cette conférence j'ai plus eu l'impression qu'il revenait sur certains points, surtout sur les données, qui peuvent fausser nos interprétations. Et le fait qu'il ne fasse que corréler
certains paramètres, me montre qu'on n'est pas sur de ce que l'on avance, mais les conclusions de M. Courtillot m'ont paru bien plus prudentes que celles du consensus de l'IPCC.
Que vous le preniez pour un imbécile passe encore (bien que je n'ai pas trouvé d'information à votre sujet sur votre blog), c'est votre droit et votre tribune après tout, mais n'est ce pas un peu
tétu que de ne pas admettre cette somme formidable d'incertitudes sur lesquelles de nombreux gouvernements se basent aujourd'hui?


ICE 14/10/2009 19:28


Je ne sais pas trop quoi vous répondre. "Débunker" de A à Z le discours de Courtillot est fastidieux - et d'autres l'ont déjà fait parfois: voir l'article de RC, que vous avez déjà du lire.
http://www.realclimate.org/index.php/archives/2007/12/les-chevaliers-de-l%E2%80%99ordre-de-la-terre-plate-part-ii-courtillots-geomagnetic-excursion/
surtout pour son début (plus que pour la polémique qui suit, vers la fin de l'article): sur le fond, VC se contente de montrer des corrélations (on ne sait jamais vraiment entre quoi et quoi,
d'ailleurs), sans proposer de mécanismes, mais en disant que bon, il doit bien en y avoir, c'est juste qu'on ne les connait pas encore - et voilà, ca marche...  et ceci sans démonter de façon
convaincante la théorie de l'effet de serre  (et pitié, ne me parlez pas de saturation du CO2), qui explique assez bien les observations actuelles, juste en reprenant tout un tas d'arguments
bidons qui fleurent bon la blogosphère sceptique de base (oh, Vostok, c'est le CO2 qui suit la T°! le réchauffement s'est arreté! etc...). C'est un peu court.
Je ne prends pas Courtillot pour un imbécile, loin de moi cette prétention et ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit - mais je trouve qu'on peut s'interroger sur les raisons qui poussent qqn
de cette qualité, justement, à tenir de tels propos (la démarche en soi n'est bien sûr pas criticable, il y a des tas de choses à dire sur le RC et sur les incertitudes - où m'avez-vous vu nier
qu'il y ait des incertitudes ? - , mais il faut faire la part des choses).
 


sfo 22/09/2008 09:19

je viens un peu tardivement sur ce billet, mais je le trouve excellent et je dois dire qu'il rapporte très fidèlement le contenu du séminaire en question... ;-) merci à l'auteur !

ICE 23/09/2008 11:09


merci du compliment - dans les faits, c'est un plaisir de bloguer ce genre d'évenement...


Tom Roud 22/01/2008 13:40

Marrant de constater que les discussions sur le climat peuvent être aussi polémiques que celles sur l'évolution ou les cellules souches :D

Charles 17/01/2008 07:59

je m'interroge devant tant d'animosité...
je vous invite à me renvoyer vers une source d'information alternative si vous ne souhaitez pas développer votre position.

Curieux 17/01/2008 01:25

# 3
"si vous avez quelque chose à dire " oui : 100 lignes pour ne rien dire et je le dis en 4 lignes pour faire court. Pour les cours, cherchez-vous un professeur.

ICE 17/01/2008 11:32

et bien, comme je retranscris l'essentiel du séminaire de Courtillot, j'en déduis que pour vous Courtillot n'avait en fait rien à dire - well, je suis pas tout à fait d'accord, mais presque...