Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 14:32
Un article de Hervé Kempf dans Le Monde  il y a quelques jours, qui m'avait échappé.

Consternant.

On y apprend  que la France, dans le même temps qu'elle affiche dans sa loi l'objectif d'une réduction par 4 de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 (le "facteur 4"),  laisse se développer sur son sol une "déferlante" de centrales électriques au charbon, au gaz ou au fioul (!!), pour une capacité supplémentaire totale de 9000 MW, soit équivalente à .... 7-8 réacteurs nucléaires (ou encore 3 centrales nucléaires, puisqu'il y a plusieurs réacteurs par centrales: en 2005, il y avait 58 réacteurs nucléaires en fonctionnement en France pour 19 centrales..)
Ces réacteurs sont en partie (plus de la moitié) à mettre au crédit de Poweo, Suez, Endesa, Atel, etc..., compagnies qui entendent prendre place sur le marché de l'électricité, suite à la libéralisation imposée par les directives européennes. Et EDF et GDF ne sont pas en reste.
Evidemment, "le surcroît d'émissions de CO2 est certain, même si aucun calcul officiel n'a encore été produit". Auncun calcul officiel... Quant on sait que la combustion du charbon, malgré des progrès ces dernières décennies, est ce qu'il y a de pire niveau émissions de carbone... et que ces projets, évidemment, ne prévoient pas de capture-stockage du CO2 en sous-sol, puisque cette technologie n'est tout simplement ... pas encore opérationnelle.
Autre contradiction, cette production supplémentaire se veut une réponse à une hausse de la consommation prévue d'électricité de 1 à 1.3% d'ici 2020. Evidemment, "c'est contradictoire avec la décision des chefs d'Etat européens, en mars, qui ont fixé l'objectif de réduire de 20 % la consommation énergétique de l'Europe en 2020".

Quant aux projets de ports méthaniers, ils corresponderaient, si on les additionne, à une multiplication par trois des nos importations de gaz.

Bref, on nage en pleine schizophrénie.

Evidemment, la Chine contruit en moyenne une centrale à charbon par semaine; évidemment, USA, UK, Allemagne, et plus généralement  l'essentiel des pays développés gros consommateurs d'énergie mise sur un recours massif au charbon pour pallier à la déplétion imminente du pétrole et du gaz; évidemment, toute réduction, aussi massive soit-elle, des émissions de CO2 dans un pays isolé et de petite taille comme la France, sera aussitôt annihilé par 2 jours, ou 5 minutes, je ne sais pas, de croissance en Chine et en Inde.
Mais quand même - c'est un peu triste... sans même parler de contraindre la demande  en électricité pour éviter d'avoir à augmenter l'offre (et remplir ainsi les poches des actionnaires de Poweo'n co),  je ne sais pas si je ne préférerais pas 3 nouvelles centrales nucléaires plutôt que des centrales au charbon.
Surtout que les réserves de charbons paraissent, à la lumière de récentes études, moins abondantes qu'il n'y paraissait au temps des "on a 200 ans de charbon" (bientôt un billet là-dessus...).

Au delà de la réaction simplement émotionnelle, ce qui est étonnant c'est que le système de quota et d'échanges de CO2 de l'Union Européenne, en rendant plus cheres les émissions de carbone, devrait dissuader les acteurs économiques sur le marché de la production d'énergie de se lancer dans de tels projets "fossiles".
Visiblement la dissuasion n'est pas très efficace... ou alors ces acteurs espèrent pouvoir répercuter dans le futur la hausse de leurs coûts de production sur les consommateurs...
Ironie du sort, dans le même temps, nos amis américains, que nous aimons tant montrer du doigt comme l'anti-modèle de developpement durable, interdisent - dans un certain nombre d'états - la construction de nouvelles centrales à charbon sur la seule base juridique du danger des émissions correspondantes de CO2 (une sorte de principe de précaution, non ?). 22 centrales auraient ainsi été refusées dans une douzaine d'états (ici).

On retrouve finalement ici ce que je pense être les différentes approches pour réorienter la production - quelque soit le bien considéré (énergie, alimentation, biens manufacturés...):
1) informer le consommateur parfaitement, afin qu'il fasse un choix parfaitement rationnel en toute connaissance de cause parmi des biens produits de façon complètement libre ... et favorise ainsi les plus vertueux.
2) un plancher de normes contraignantes et d'aspects juridiques( haut, le plancher) - règlementations, recours au droit...
3) un système financier dissuasif sur la pollution à éviter, avec quota ou taxes.

A la lumière des deux exemples précédents, il n'est pas si clair quel est le plus efficace entre 2 et 3...
Enfin, il faut bien évidemment pousser dans les 3 directions en même temps. A ce titre, il serait intéressant de savoir si les consommateurs francais sont vraiment informés des modalités de production des nouvelles compagnies sur le marché de l'élctricité ... et s'ils ne préféreraient pas tout simplement faire de gros efforts d'économies d'électricité.

Partager cet article

Repost 0
Published by ICE
commenter cet article

commentaires

Isidore 05/11/2007 17:58

Un petit oubli d'importance.

La partie "Energie" de ce site (et aussi son annexe de liens) nous permet d'accéder à plusieurs études, peu connues, sur la grande importance que peuvent prendre les énergies renouvelables dans les prochaines années, en particulier pour la production d'électricité.

Tout est ensuite question de choix politiques pour préserver les intérêts des générations actuelles et futures, et non pas les intérêts financiers de quelques groupes industriels.

Isidore 05/11/2007 17:50

Cela montre bien que le nucléaire n'a pas d'avenir malgré tous les discours des suppôts de l'industrie nucléaire.

Lire ces quelques dossiers instructifs : http://futura24.site.voila.fr/nucle/nucleaire.htm

Une étude montre par exemple qu'il est à la fois possible de réduire les émissions de CO2 en France et de supprimer le nucléaire.

En fait, l'électricité d'origine nucléaire n'assure pas la sécurité de la production d'électricité lorsque les besoins sont les plus importants : http://futura24.site.voila.fr/electri/echange.htm

Le nucléaire produit au contraire un excès d'électricité lorsque les besoins sont faibles.
Cette situation apparaît avec clarté lorsque l'on compare les échanges d'électricité entre pays en hiver et en été. La même constatation peut être faite pour les heures de pointe de consommation, dans l'année, la semaine ou la journée.

  • : Le blog de ICE
  • Le blog de ICE
  • : Actualité, réflexion autour du changement climatique, de l'énergie, de l'environnement...
  • Contact

Texte Libre











Archives